AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Merlinoudoudouninou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Merlin Chevalier

Merlin Chevalier
membre



Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyDim 4 Mar - 15:19

Merlin Chevalier



Bonjour à toi, je m'appelle Merlin Chevalier , mais tu peux aussi m'appeler Pollux.. J'ai 2500 ans et des brouettes . Dans la vie je suis hétérosexuel et actuellement c’est compliqué. On me dit souvent que je ressemble à Benedict Cumberbatch, et surtout je suis issu de l’Institut Chevalier , et un peu de nos contes et légendes aussi^^


Sparte.

Le long récit de mon existence débute par la rencontre de ma mère, Léda de Sparte, fille du roi d’Etolie et d’un homme mystérieux. Cette rencontre mena au péché charnel et ce péché mena à la naissance de deux jumeaux.
Vint en premier lieu une petite fille que l’on nomma Elaine. Puis, dans les heures qui suivirent, je me décidais enfin à sortir du ventre douillet de ma mère. On me nomma alors Pollux.
Notre mère ayant cachée l’existence de notre véritable père, Elaine et moi-même fûmes élevés tels un prince et une princesse et non comme les bâtards que nous étions. Je ne pourrais pas dire que mon enfance a été parfaite, mais elle a été heureuse. Je m’entendais merveilleusement bien avec mes frères et sœurs. Clytemnestre était la plus rusée de nous quatre, et aussi la plus mystérieuse. Castor et moi-même étions inséparables et nous passions notre temps à jouer ensemble. Mais celle avec qui j’avais le plus d’affinités était Elaine. Comme si, au fond de nous, nous savions qu’un lien encore plus fort nous unissait. Elle était ma seule confidente, la seule qui selon moi pouvait comprendre mes doutes, mes peurs et mes joies. Plusieurs fois nous avons protégé l’autre des dangers.
Les années passèrent et bientôt, nous fûmes tous les quatre en âge de nous marier. Clytemnestre épousa Tantale, le fils du roi de Mycènes. Plusieurs rois vinrent présenter leurs filles pour Castor ou moi-même. Mais celle qui eut le plus de prétendant fut Elaine. Le temps l’avait transformée en une grande beauté et on disait qu’il s’agissait de la plus belle femme de Grèce. Sa réputation était si grande qu’une trentaine d’hommes vinrent lui demander sa main.
Je n’ai jamais su comment il l’avait choisit, mais après bien des semaines de réflexions, notre père finis par choisir Ménélas, fils d’Altrée. De cette union sans amour naquit une merveilleuse petite fille à qui on donna le nom d’Hermione. Tandis que plus loin, Clytemnestre donna naissance à un fils.
C’est à cette époque que j’ai rencontré mon premier amour. Coiffée d’une chevelure dorée, Uranie était la fille de l’un des nombreux artisans de Sparte. Etant de bien masse naissance, je savais qu’elle ne serait jamais la bru idéale pour mes parents. Mais l’amour que j’éprouvais pour elle était si grand que plusieurs fois, l’envie me pris de me laisser aller dans ses bras doux.
Puis, un soir, je décidais de faire preuve d’honneur et je me rendis au près de mon père pour le prier d’épouser Uranie. Mais, alors que j’entrais dans le couloir où se situait la chambre royale, mon Beau frère Ménélas vint à ma rencontre. Son odeur mélangeant l’alcool et l’urine ne manqua pas de me dégouter. Cependant, le récit qu’il me conta me répugna bien plus. Ivre, il se targua en effet d’avoir violé Uranie et de l’avoir laissé pour morte dans le caniveau de l’une des rues les plus sales de la ville. L’envie de le tuer sur le champ me démangea, mais je me contentais de le frapper.
Malheureux, perdu, endeuillé, je décidais alors de rejoindre la seule personne qui était au courent de ma liaison avec Uranie. Elaine.  C’est ce soir là qu’elle me confia qu’elle avait fait la connaissance d’un jeune homme et que pour la première fois, elle éprouvait un grand amour.  Et c’est ce même soir que nous décidâmes de nous enfuir loin de Ménélas afin de retrouver le beau Pâris de Troie.


Troie  
Nous arrivâmes sans encombre  à Troie et Elaine y retrouva Pâris, tandis que je me faisais passer pour l’un de ses gardes. Leur idylle ne dura qu’un temps, car dans une lettre, nous apprîmes que nos parents étaient tous les deux décédés et que Ménélas s’était installé sur le trône de Sparte. Rassemblant des alliés, il s’apprêtait à prendre les armes contre Pâris afin de récupérer Elaine.
La citée Troyenne était très bien gardée et réputée imprenable. Mais les Spartiens ne se découragèrent pas et restèrent plus de dix ans à trouver une stratégie pour prendre la ville. Au cours du siège,  on nous annonça que notre sœur avait perdu son premier époux et qu’elle était désormais mariée au frère de Ménélas. Quant à notre frère Castor, il avait décidé de rester dans l’armée Spartienne, ignorant la vérité.
Par le lien qui nous unissant, je décidai d’entamer des négociations au près de Castor, mais cela se révéla être un échec. Et, après dix années de sièges, grâce à un stratagème d’un certain Ulysse, Troie finit par tomber aux mains de Ménélas.  La bataille dura des jours et Pâris finit par périr d’une flèche de Philoctète. Sentant notre fin probable s’approcher à grand pas, nous prîmes de nouveau la fuite Elaine et moi.
Mais bien vite, les hommes de Ménélas partirent à nos trousses et c’est en haut d’une falaise que notre course prit fin. Dans la hâte et la peur, Elaine en tomba et sa tête heurta le sol dans un fracas sourd.
Peu à peu, le monde s’écroula. Je n’entendais plus rien, sauf le bruit qu’avait fait le corps de Sofia en rencontrant le sol. Je ne sentais plus rien, sauf l’odeur du sang qui se dégageait du bas de la falaise. Je ne voyais plus rien, sauf le corps inanimé de ma jumelle.
Je n’entendis donc pas arriver les hommes de Mélénas qui nous avaient rattrapés et qui, armés de lances m’entourèrent comme du bétail à abattre. Mais c’est alors qu’une lumière jaillit en contre bas. Intrigués, les soldats me laissèrent quelques instants afin de jeter un coup d’œil au corps d’Elaine. Si cela les effraya, ce que je vis me fascina.
La chute n’avait pas tuée Elaine, et elle était à présent en train de briller de milles feux. Ne sachant pas ce qu’il venait de lui arriver, nous décidâmes de garder cette histoire pour nous et de nous cacher en changeant d’identité.

Cnossos
C’est dans la campagne de  Cnossos en Crête que nous vécûmes pendant plusieurs années. Loin de nos terres, nous vivions dans la misère. Travaillant sans relâche pour nourrir notre petit foyer, j’étais épuisé chaque jour et chaque nuit. Un soir, alors que l’hiver était glacial et que notre maigre réserve de nourriture était vide, affamé, je dérobais un morceau de pain sur l’étale d’un marchant.
Malheureusement pour moi, un garde du roi Idoménée me surprit et je fus arrêté. On m’envoya dans les geôles où je vécus plusieurs semaines en compagnie de pauvres hommes comme moi, de rats et surtout de la mort. Puis, finalement, le jour de mon jugement arriva. J’avais beaucoup maigris, ma barbe et mes cheveux avaient longuement poussés, mais, à ma grande surprise, on me reconnut. Le jugement qui avait débuté pour un vol, devint un jugement pour trahison et tentative de meurtre. Ma défense ne servit à rien et on me condamna à mort.
C’est le lendemain, au petit matin, que je fus amené sur la place centrale de la cité Crétoise. On me força à monter sur l’échafaud et on passa la corde autour de mon cou. Cherchant en vain ma sœur dans l’assemblée, je ne me rendis même pas compte que le bourreau m’avait déjà lâché dans le vide. Suffoquant, sentant ma fin venir, je restais néanmoins digne et n’essayait même pas de me débattre.  C’est alors qu’un phénomène extraordinaire se passa. Mon corps s’illumina de la même manière que celui d’Elaine lorsqu’elle était tombée de la falaise. Profitant de l’incrédulité des spectateurs, ma sœur vint me libérer et nous prîmes la fuite.


A la découverte du Monde.
Nous sachant désormais tous les deux différents, nous finîmes par comprendre que notre père n’était peut-être pas celui que nous pensions. Nous sachant en danger dans bien des lieux en Grèce, nous décidâmes de partir à la découverte du monde. Notre voyage commença à bord d’une petite barque de misère. Puis, à mesure que le temps passait, nous découvrîmes de nouveaux pouvoirs.  Le premier qui arriva dans ma vie fut le spiritisme. J’entendais les voix de personnes décédées et je voyais des entités invisibles aux autres. Grâce à ce pouvoir, je réussis à me faire une petite fortune, en communiquant avec les défunts proches de certaines personnes.
Mais nous avions envie d’en savoir plus sur nos pouvoirs et nous prîmes la route de l’Egypte pour nous installer quelques années à Alexandrie. Là, je passais mon temps dans la grande bibliothèque à la recherche d’ouvrages témoignant de pouvoirs semblables aux nôtres. C’est à cette époque que j’ai découvert mon amour pour les livres. Je découvris aussi que j’enregistrais très rapidement les informations qu’ils contenaient.
Puis, lorsque certaines personnes commencèrent à nous accuser de sorcellerie car nous ne vieillissions pas, nous partîmes à la découverte des autres régions d’Afrique. C’est dans la ville d’Axoum que je découvris que j’avais un don pour la télépathie. Grâce à ce nouveau pouvoir je nous enrichissais encore plus.
Les années passèrent, puis les décennies et nos pouvoirs, notre richesse et notre connaissance devinent immense.
De Camelot à Avalon
Au cinquième siècle, nous arrivâmes sur l’île de Bretagne. Parce qu’un faucon fut le premier être que je vis en débarquant je pris le nom de Merlin. Lors d’un rêve, je vis que l’enfant qui naitrait de l’union entre Uther Pendragon et Ygerne de Tintagèle aurait un destin légendaire. Curieux de cette vision, je mis tout en œuvre pour que cet enfant illégitime voit le jour. Je devins ami avec le roi Uther et grâce à une potion, il se trouva bien vite dans la couche de la belle Ygerne. La duchesse de Tintagèle tomba enceinte et elle me confia son enfant dès qu’il naquit.  Je le confiais alors à un couple  en leur priant de le protéger comme le Messie. A cette époque là,  Elaine prit la décision de me laisser et de partir vivre chez des Pictes.  Bien que nous ayons des centaines d’années, cette séparation me chagrina profondément. Je trouvais du réconfort dans les bras de Viviane, une magicienne qui vivait au près du lac d’Avalon. Nous tombâmes amoureux l’un de l’autre et je devins son professeur. Mais plus le temps passait, plus la magie de Viviane devenait sombre et lorsqu’elle tenta de m’enfermer afin de me garder pour elle à jamais, je décidais de la quitter.
Puis, Arthur devint un adulte et je l’aidais à monter sur le trône de son père en enchantant une épée que seul l’héritier du trône pourrait porter.  C’est au cours d’un duel l’opposant au roi qu’Elaine revint dans ma vie. Ayant été terrassé par ma sœur, Arthur en tomba amoureux et il l’épousa sous le nom de Guenièvre. Nous vécûmes ensemble heureux pendant de longues et belles années. Bien qu’il n’ait pas de réels pouvoirs, j’enseignais à Arthur quelques secrets de magie et le voyant intéressé, il me vint l’idée qu’un jour, Elaine et moi nous fondrions une école.
Arthur devint un bon roi juste, noble et aimé.  Fièrement, je le vis devenir la légende vivante que j’avais prédite. Mais cette belle histoire pris fin le jour ou un chevalier arriva à la cours de Camelot.

Il s’agissait de Lancelot, le fils de Viviane. Je cru un moment qu’il pourrait être mon fils, mais une potion me confirma qu’il n’en n’était rien.  Ma sœur en tomba amoureuse et entama une liaison avec lui. De cette liaison naquit une merveilleuse petite fille qu’on nomma Blanche. Mais l’enfant fut enlevé
Lorsque nous apprîmes qui était le coupable j’eu un terrible choc. La femme que j’avais aimé. Une femme à qui j’avais appris la magie. La femme qui avait presque autant compté pour moi que Sofia. Cette femme était un monstre. Elle avait arraché un enfant des bras de sa mère.
Sofia eu du mal à s’en remettre. En fait je ne pense pas qu’elle s’en soit un jour remise. Mais nous nous serrâmes les coudes pour sortir un peu la  tête de l’eau. Et un soir un câlin se transforma peu à peu en de l’inceste.
C’était une erreur. Une stupide erreur. Nous avions grandis en vénérant des Dieux qui se mariaient entre frères et sœurs, mais nous étions plus fort que ça tous les deux. Et nous avions une guerre à mener. Nous devions sauver Blanche et nous venger de Viviane. Le conflit s’avéra être aussi mortel que la guerre de Troie. Des années de conflits passèrent puis, lors d’une bataille à Avalon,  je me retrouvai à combattre celle qui avait été ma maitresse. Le duel dura des heures, voir des jours. Nos magies étaient très puissantes et aucune ne parvint à dominer l’autre. Pour un temps seulement. Car je finis par achever Viviane et ainsi offrir à ma sœur sa victoire.
Depuis que cette guerre avait débuté je n’avais pas hésité une seule fois à prendre le parti de ma sœur. Mais tuer Viviane me traumatisa presque autant que le fait qu’elle ait enlevé Blanche. Je me sentais responsable de ce qui s’était passé. Et encore une fois c’est Sofia qui parvint à me réconforter.  Encore une fois nous retombâmes dans les bras l’un de l’autre.
L’Institut.
Là encore je préférais  ne pas continuer cette relation.  Mais nous décidâmes de monter un projet tous les deux. Un projets que nous avions en tête depuis des années, voir des siècles. Nous fondâmes une école de magie pour aider les enfants ayant un don  pour la magie : L’Institut Chevalier. Cela me permettait de réussir là où j’avais échoué avec Vivianne et ainsi réparer quelque peu mes erreurs. Tandis qu’Elaine y voyait sûrement l’occasion d’élever les enfants qu’elle n’aurait jamais.
Afin de créer une école digne de ce nom, nous achetâmes une maison dans une rue de Lyon. C’était une ancienne boulangerie qui avait pris feu au sixième siècle. C’était ensuite devenu la maison d’un charpentier et sa famille. Mais ils étaient tous morts de la variole en quelques jours seulement. Elle avait ensuite été abandonnée quelques temps avant d’être habité par une nouvelle famille. Mais là encore, la tragédie frappa la maison. Elle fut en effet pillée par l’armée d’Andasa et tous ses habitants furent tués. A cause de ces histoires, on la disait maudite. Aussi, c’est pour une bouchée de pain que nous réussîmes à nous y installer.
Mais, alors que l’école commençait à être de plus en plus remplie, un drame arriva. Ne contrôlant pas encore tout à fait ses pouvoirs, une élève mis le feu à l’une des églises de Lyon. Prise de panique par ce qu’elle avait fait, elle courut dans la ville pour se refugier au sein de l’Institut. Mais des hommes l’avaient suivie et l’Institut fut découvert à la face du monde.
Afin de protéger l’école et créer un refuge pour toutes personnes ayant des pouvoirs, je priais quatre grand magiciens de se rentre à Lyon. La dragonne Rouge Ruby, Nerel la reine Sidhe des ténèbres, Serhan le roi Sidhe de la Lumière et  Nicola Flammel. Avec leur aide et celui de ma sœur, nous parvînmes à lancer un sortilège de protection sur la maison.
Le sortilège fonctionna, mais il était si puissant que Nicolas perdit la vie.
C’est ainsi que l’école devint ce qu’elle est aujourd’hui. Un monde dans un monde, caché des humains sans magie.
Cela faisait déjà plusieurs siècles que l’Institut était ouvert lorsque nous succombâmes une troisième fois à l’attirance qu’il y avait entre nous. Mais cette fois ce fut différèrent. Cette fois je réalisais que  mes sentiments étaient encore plus fort que je l’imaginais. J’étais tombé amoureux de ma sœur. Pourtant je décidais de m’éloigner peu à peu de l’Institut.
Les templiers
Pendant les années que j’ai passées au coté du roi Arthur, nous étions devenus tous les deux obsédés par un simple objet : le Graal. Cette coupe qui contenait le sang du Christ et qui aurait des propriétés miraculeuses. Je lisais de nombreux ouvrages à ce sujet et je voulais absolument le vérifier par mes propres yeux. . Bien des fois, il envoya ses chevaliers à sa recherche dans les quatre coins du monde. Mais à chaque fois, ils revinrent bredouilles. Perceval le gallois cru l’avoir trouvé, mais il se trompait. Puis les siècles avaient passés et j’avais finis par peu à peu abandonner cette idée.
Mais, lorsqu’au XI ème siècle, les hommes d’occident  commencèrent à  partir en orient afin de prendre Jérusalem aux Sarazins cette idée revint en moi.
Le 14 janvier 1119, je me rendis alors à Troyes sous la fausse identité de Bernard de Clairvaut pour assister à un concile. Là, prétextant qu’il fallait protéger les croisés des dangers d’Orient, j’ai fondé le célèbre ordre des templiers. Mais en réalité, je les envoyai à la recherche du Graal.
Bien entendu, ils ne le trouvèrent pas tout de suite. Cependant,  leurs voyages furent tout de même fructueux. Années après années, la fortune des templiers devint immense. Mais, ne vieillissant pas, je dus me résoudre à quitter l’ordre pour ne pas susciter le moindre soupçon de sorcellerie. J’en profitais pour récupérer quelques richesses et je me promis de revenir un jour dans l’ordre.
Puis, au milieu d’une minuscule pièce, dans les recoins du temple de Jérusalem, ils le trouvèrent. Il ressemblait à n’importe quelle coupe. Il était abimé à plusieurs endroits. Il était recouvert d’une épaisse couche de poussière. Mais, ils surent que cette coupe avait des vertus extraordinaires. Et c’est ainsi que le Graal entra dans le trésor des templiers.
Afin que les richesses accumulées au fils des ans par les templiers nous reviennent, je décidai de faire mon grand retour dans l’ordre. Bien qu’elle ignore que le Graal faisait partit des trésors des templiers, ma sœur utilisa ses relations pour que je m’incère de nouveau dans les hautes sphères de l’ordre des templiers.  L’un de nos élèves, Jacques de Molay, un fey  y fit également son entrée.  Ensemble, nous récupérâmes le Graal et les autres trésors pour les cacher à l’Institut. Nous étions les seuls personnes à savoir que la coupe était à l’institut. Je la cachais dans un lieu protégé par des multitudes de sortilèges.
Mais les richesses de l’ordre étaient devenues si grandes qu’elles suscitèrent bientôt la jalousie des rois. Le pape  Clément V décida de dissoudre l’ordre et de nombreux templiers trouvèrent la mort avec autant de facilité qu’ils avaient trouvés des trésors.
Le 11 mars 1314, Jacques, qui était le dernier maitre du temple,  fut condamné au bucher sous les ordres de  Philippe le Bel  et de Clément V.   Grâce à sa magie, il les maudit et vengea les autres templiers. Tandis que, le visage dissimulé sous une capuche, je regardais la scène d’un air presque indifférant. Certes, Jacques qui avait été mon élève était en train de se consumé. Mais l’objectif premier de l’ordre avait été atteint. Il pouvait mourir à présent.
Durant toutes ces années où j’avais cherché le Graal je n’avais pas beaucoup été à l’Institut. Essayant d’éviter Sofia le plus possible pour ne pas de nouveau retomber dans ses bras. Je ne craignais pas les commentaires. Ni même des condamnations de la part de l’Eglise. Je craignais surtout l’enfant que nous pourrions avoir. Nous étions tous les deux des êtres très puissants et un enfant incestueux avec ces pouvoirs risquerait de provoquer un carnage. Pourtant lorsque je décidais de revenir à l’Institut je laissais tomber cette résistance intérieure. Sofia et moi devinmes un couple et personne dans notre établissement ne trouva à redire là-dessus. Du moins, ils n’osèrent pas.
Pendant les années qui suivirent, je restai directeur de l’Institut.  De temps en temps nous partions à la chasse aux démons Sofia et moi. Mais la plupart du temps, je restai à Lyon pour améliorer autant que possible l’établissement. Je passai également beaucoup de temps à écrire mes mémoires, à inventer de nouvelles potions, comme celle contre les ongles incarnés ou à étudier les propriétés du Graal.  Pourtant, un soir, en 1701,  alors que je me rendais dans la cachette où il avait été pendant près de quatre siècles, je vis avec horreur que le Graal avait disparu. Aucun des élèves n’était assez puissant pour me le voler. Je soupsonnais un temps ma sœur de me l’avoir dérobé pour me reprocher de lui avoir caché. Mais je finis rapidement par abandonner tout soupsons à son égard. Cependant mes accusations la blessèrent et notre relation pris fin.
Venise :  
Sachant que je pouvais laisser l’école entre de bonnes mains, je décidai de la quitter pour quelque temps. Le Graal m’obsédait de nouveau. Il occupait presque l’ensemble de mes pensées. L’amour que j’éprouvais pour les livres me poussa à penser que l’un d’eux me fournirait le moyen de récupérer définitivement le Graal. Sachant qu’une immense bibliothèque s’y trouvait et qu’elle était la ville protégée des aspects, je décidais donc de me rendre à Venise.
J’y fis la connaissance des Aspects Tinùviel et Mikael. Ils avaient beau être bien plus agés que moi, ils semblaient complètement innocents. Leurs visages étaient ceux de jeunes enfants qui semblaient perdus. Je me pris alors d’affection pour eux. J’avais presque parfois envie de les protéger comme je protégeais mes élèves. Mais je savais qu’ils n’en n’avaient nul besoin et que leur pouvoirs étaient bien supérieur aux miens. Au fil des années, une réelle amitié naquit entre nous. C’était avec grand plaisir que je les recevais dans ma demeure et que nous passions du temps ensemble.
Mais, le lieu où je passai le plus de temps était la magnifique Biblioteca Marciana.  Datant du XVème siècle, elle contenait la plus grande collection de manuscrits. Passionné par ces petits papiers qui semblaient avoir été oubliés au fil des siècles, j’y restai souvent enfermé pendant des jours.  
Au fil des années, je devins l’un des meubles de l’établissement et on finit par m’en nommer Directeur.
Grâce à mon nouveau poste, je parvins à faire acheminer de nouveaux ouvrages uniques dans les rayons infinis de la bibliothèque. J’envoyais régulièrement des hommes partout dans le monde pour récupérer des mots perdus et abandonnés. De temps en temps, je prenais une plume pour remplir les étagères de nouveaux mots. A la demande du vieux doge, j’écrivis par exemple un parchemin afin de lui expliquer le principe du druidisme.
Pourtant, malgré mes longues heures de solitudes, je réussi à me faire deux  nouveaux amis. Je partageai avec Tinùviel et Mikael la magie. Mais avec ceux-ci, je partageais ma grande passion. Celle des livres. Le premier était Carlo Goldoni qui parvint à me faire aimer le Théâtre. Le deuxième était un jeune homme travaillant au sein de la bibliothèque. Un vénitien répondant au nom de Giacomo Casanova. En jouant de mes relations, je parvins à lui  faire une place dans les hautes sphères de la société. Puis, quand arriva la fin de sa vie, je l’aidais à écrire ses mémoires.
Les années passèrent, puis les siècles et je restai à ma place. Oh bien entendu, mon immortalité éveilla quelques soupçons. Mais j’aimais trop cet endroit pour le quitter trop longtemps. Alors je fabriquais des potions de métamorphose pour me faire oublier et changer d’identité.
Paternité
Puis, il y a 25 ans ce que je craignais est arrivé. Sofia est tombée enceinte de moi. J'aurai pus lui donner une potion qui lui aurait fait perdre le bébé. Mais je n'ai pas pu. Dès l'instant ou j'ai appris qu'elle attendait un enfant je suis tombé sous son charme. Et cela n'a jamais cessé. Ma fille est la prunelle de mes yeux. Je connais les risques de l'inceste, mais je sais qu'elle deviendra un jour une grande magicienne digne de ses parents. 
Et il y a aussi Luuka, la fille que Sofia a eu avec un démon. Sofia n'a jamais été très maternelle avec elle, alors je l'aime comme si elle était ma propre fille elle aussi. 

Pour terminer voici quelques mots qui me définissent plutôt bien : 
 Intelligent, Prétentieux, Motivé, Lecteur, Ecrivain, Père, Protecteur,Aimant, Monsieur Potions,Discret, Observateur. 



De l'autre côté de l'écran ~ Voir Steve.
Revenir en haut Aller en bas

Davina Claire Halliwell

Davina Claire Halliwell
Administratrice

Age : 19


Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyDim 4 Mar - 15:21

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

Merlin Chevalier

Merlin Chevalier
membre



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyDim 4 Mar - 15:22

merci <3
Revenir en haut Aller en bas

Cheryl Blossom

Cheryl Blossom
Fondatrice



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyDim 4 Mar - 15:24

reeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyDim 4 Mar - 15:34

Mon jumeau !!!!!!!!! :08: :13: :12: :10: :06: :01: I love you :canap: :douche: Merlinoudoudouninou  1904769213 Merlinoudoudouninou  3482207204 Merlinoudoudouninou  387941605 Merlinoudoudouninou  3426250214 :lll: :ass: :mignon: <3
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyDim 4 Mar - 16:38

Rebienvenue !

Ton histoire est tellement intéressante ! De la mythologie grecque ! L’illiade ! Les légendes arthuriennes ! C’est parfait. :trognon:
Revenir en haut Aller en bas

Alexandra Cooper

Alexandra Cooper
Administratrice

Age : 26


Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyDim 4 Mar - 19:17

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyDim 4 Mar - 19:19

rebienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas

Steve Rogers

Steve Rogers
membre



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyDim 4 Mar - 20:17

Merlinou m'a fait passer un petit message :

Merciiiiiiii <3 J'avance ma bio Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

Nikki Monroe

Nikki Monroe
Administratrice

Age : 25


Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyLun 5 Mar - 12:17

Re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

Merlin Chevalier

Merlin Chevalier
membre



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyLun 5 Mar - 13:45

Merci <3

J'ai rajouté quelques paragraphes à ma bio. J'attends la réponse de quelqu'un pour tout terminer Smile
Revenir en haut Aller en bas

Logan Kenton

Logan Kenton
membre

Age : 47


Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyLun 5 Mar - 14:37

re bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyLun 5 Mar - 16:55

Bienvenue I love you !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptyLun 5 Mar - 22:25

Benedict est un acteur fabuleux, et le personnage en jette. Je suis absolument fan, re-bienvenue par ici !
Revenir en haut Aller en bas

Merlin Chevalier

Merlin Chevalier
membre



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  EmptySam 10 Mar - 0:49

Merci à tous les trois <3

@Solel : Oui Merlinou est top (et je peux le dire vu qu'il ne sort pas de mon cerveau Razz ). Et Benedict aussi (lui non plus il ne vient pas de moi)
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Re: Merlinoudoudouninou
Merlinoudoudouninou  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Merlinoudoudouninou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Cauldron :: Admission :: Présentations :: Validés-