Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.           
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Maintenance
La maintenance mensuelle aura lieu le 12/05 à partir de 15h.
Le forum ne sera pas accessible pendant toute la durée de la maintenance
-16%
Le deal à ne pas rater :
Mini Frigo Xbox Series X (4,5 L, 8 canettes)
56.99 € 67.99 €
Voir le deal

Partagez

Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.


Invité

avatar
Infos
Joueur
More


Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Jeu 22 Sep 2022 - 23:15
Piper Pan



Bonjour à toi, je m'appelle Jane Piper Everling, mais tu peux aussi m'appeler Piper Pan. J'ai 19 ans. Dans la vie je suis bisexuelle mais peu intéressée par les relations amoureuses et actuellement célibataire. On me dit souvent que je ressemble à Saylor Bell, et surtout je suis la fille de Peter Pan.


Tous les parents chantent des berceuses à leurs enfants pour les aider à s'endormir, pas vrai ? Mon père me chantait toujours la même. Une chanson qui parlait d'une étoile où l'on pourrait trouver refuge, rentrer "chez nous". Un pays imaginaire merveilleux, où l'on restait jeune pour l'éternité, et où tous nos rêves se réaliseraient. Un lieu nommé Neverland.

Il avait des tas d'histoires, sur le Capitaine Crochet et le Crocodile, sur les pirates et les Indiens, sur les Garçons Perdus, les fées et les sirènes de la Lagune. Et il me racontait les aventures de l'ennemi juré de Crochet, le garçon fae qui dirigeait les Enfants Perdus : Peter Pan. Quand je lui faisais remarquer qu'ils avaient le même prénom, il m'adressait un sourire mystérieux et me disait qu'il se faisait tard, et qu'il était temps d'aller dormir. Il m'embrassait sur la tempe, entonnait sa berceuse, et je m'endormais au son de sa voix.

Au réveil, je lui racontais les songes qui m'avaient menée vers la deuxième étoile, et tout droit jusqu'au matin : des aventures imaginaires où, à mon tour, j'affrontais des pirates, je faisais des batailles d'eau avec les sirènes et des pow-wows avec les indiens, et surtout les quatre cent coups avec les Garçons Perdus. A chaque fois, il m'adressait ce sourire mystérieux dont il avait le secret, et il m'écoutait pendant tout le petit déjeuner, en me posant plein de questions.

Mon père, si prompt à me raconter les histoires de Neverland, se montrait mutique quand à sa vie avant ma naissance, et même sur l'identité de ma mère. Je ne savais que trois choses à son sujet : on l'appelait Peter Everling, il était plus jeune que les parents des autres enfants de mon âge... et il avait de l'imagination à revendre !

Il était réparateur, ingénieur, inventeur. Il avait un contrat pour entretenir la grande horloge de Big Ben, et c'était là que nous logions, dans une petite chambre au sommet de la tour. Parfois, il acceptait d'autres contrats, pour fabriquer et réparer des choses. Mais la plupart du temps, il était dans son atelier, et il façonnait le merveilleux à partir de l'ordinaire. Il acceptais volontiers mon aide, et j'adorais l'aider, absorbant comme une éponge toutes les connaissances qu'il me transmettait.

Beaucoup d'adultes auraient dit que nous n'avions pas grand chose... Mais les adultes ne savent rien, c'était bien connu. Là-haut, dans cette tour qui, à mes yeux d'enfants, nous appartenait, nous possédions des trésors plus précieux que ceux des coffres de la Reine Victoria elle-même : l'amour, la confiance, et... non, pas de poussière de fées, ç'aurait été trop beau. Mais nous avions une vue imprenable sur l'éclat des étoiles, et c'était pas si mal.

Parfois, son travail était fatiguant ou stressant, et parfois même, quand je lui demandais une histoire, il soupirait et me disait "pas ce soir, ma chérie"... Mais si je commençais à fredonner sa chanson, il se joignait toujours à moi, avec le sourire.

Parfois, mon père devait partir quelques jours, pour travailler un peu plus loin, par exemple sur des zones où ils construisaient de nouvelles voies ferrées et avaient besoin d'un ingénieur. Alors, il me confiait à ma marraine, une femme très gentille du nom de Wendy Darling. Elle aussi avait beaucoup d'histoires sur Peter Pan à nous raconter, à moi et à son adorable petit garçon, Danny.

Et puis un jour, comme de nombreuses fois auparavant, il m'a déposée chez les Darling - enfin, les Stuart, le nom du mari de Wendy. Quelques jours, m'a-t-il promis, quelques semaines, tout au plus, et je reviens te chercher. J'avais sept ans, l'âge de raison selon Oncle Michael, mais je n'avais aucune raison de penser que ce départ avait quoi que ce soit de différent des autres. Alors, je l'ai attendu. Les jours se sont changés en semaine, puis en mois, et il n'était toujours pas rentré. Tante Wendy a mené son enquête, bien entendu... Mais apparemment, il ne s'était jamais présenté à la ligne de chemins de fers, et personne n'avait la moindre idée de l'endroit où il se trouvait. Nous ignorions l'existence du chaudron, qui peut amener les gens à se perdre très loin de leur monde natal.

Tous les soirs, quand Danny s'était endormi, je m'installais sur la banquette de la nursery et je guettais par la fenêtre, en espérant l'apercevoir - remontant la rue pour frapper à la porte, ou dans les airs, volant depuis la deuxième étoile pour venir me chercher. Et il n'était jamais là... Et quand j'avais douze ans, j'ai commencé à apercevoir une lueur étrange dans le ciel. Je l'ai guettée nuit après nuit, et elle a fini par s'approcher suffisamment prêt pour que je réalise qu'il s'agissait d'une fée. Blonde, les cheveux relevés en chignon, vêtue de vert... Clochette ? Quand je l'ai interpellée, elle s'est enfuie par la fenêtre. Mais quand elle est revenue la nuit précédente, une suprise l'attendait : un miroir à main posé sur le lit. Tandis qu'elle contemplait son reflet, j'ai fermé la fenêtre et je me suis assise sur la banquette.

Et enfin, nous avons pu parler. Elle cherchait Peter Pan, pour qu'il revienne diriger les Enfants Perdus qui menaient la pagaille et créaient des histoires avec les Indiens. Elle pensait le trouver ici, chez les Darling, la dernière maison de Londres qu'elle avait visitée avec lui... Mais il n'était pas là, et moi, si. Elle m'a confirmé ce que j'avais toujours soupçonné : que j'étais la fille de Peter Pan - elle a été horrifiée en découvrant qu'il était devenu... adulte. Et donc, c'est moi qui suis rentrée avec elle à Neverland.

Les Garçons Perdus ont d'abord cru que j'étais venue pour être leur maman... Quelle idée ridicule ! J'étais... Piper Pan (ça marchait quand même autrement mieux que "Jane Pan", et j'étais là pour les mener à l'aventure et prendre les pirates à l'abordage ! Au final, ils s'ennuyaient et avaient juste besoin d'un peu d'action... et ça, je leur en ai donné ! Je ne sais pas combien de temps j'ai vécu à Neverland. Une semaine ou un siècle ? Là-bas, ça ne faisait aucune différence.

En tout cas, un jour, comme bien souvent, nous avons pris le Jolly Rodger à l'abordage. Son équipage avait bien changé depuis l'époque de mon père, et si Monsieur Mouche était toujours fidèle à son poste de second, le capitaine était bien plus jeune que Crochet. Pas aussi jeune que moi, cela dit. Nous les avons vaincus, et j'ai exigé son or et une bouteille de son meilleur rhum en tribut. Il a disparu dans sa cabine, et il est revenu avec une bouteille amplie d'un liquide brunâtre.

J'ai descendu une belle gorgée du liquide pour impressionner mon équipage. Je m'attendais à devoir combattre la brûlure de l'alcool, mais étonnamment, la sensation n'avait rien de chaud. A vrai dire, le breuvage avec quelque chose de froid, plus encore dans son goût que dans sa température. Froid, brumeux, lugubre. Je n'ai pu distinguer que le sourire en coin du Capitaine, et derrière l'entrebaillement de la porte de la cabine, l'éclat d'une cheminée et la courbe sombre d'un... chaudron ? Puis ma vision s'est troublé. Ce salaud m'avait empoisonnée ! On jouait, et lui, il essayait de me tuer pour de vrai !  à peine eu le temps de formuler cette pensée que tout est devenu noir.

Quelques instants plus tard, ma vision redevenait nette, et j'entendais la bouteille se briser à mes pieds, sur le pavé de Londres. Le crachin qui tombait sur mon visage avait le même goût que le liquide que j'avais avalé. Donc, le capitaine avait essayé de m'empoisonner, mais au lieu de cela, il m'avait... renvoyée à Londres ? Ca n'avait aucun sens, mais j'aurais pu parier que le breuvage, la - la potion de son drôle de chaudron... en était responsable.

J'étais de retour à Londres, mais ce n'était pas le Londres que j'avais connu. Soit près d'un siècle avait passé depuis mon départ, soit je n'étais véritablement pas dans le même monde. Au final, il s'agissait un peu des deux : on était en 1934... Et je ne trouvais aucune trace de Wendy et de sa famille, ni même de la maison Darling. C'était comme s'ils n'avaient jamais existé.

J'avais toujours douze ans, même si j'ignorais depuis combien de temps. J'étais assez douée pour chaparder, et j'ai vécu quelques temps toute seule... Mais sans poussière de fées, sans ma bande d'Enfants Perdus et dans cette ville dont les rues ne m'étaient de loin pas aussi familières que la forêt de Never Woods, je ne pouvais pas échapper éternellement à ces "bobbies" qui, contrairement aux pirates, portaient la moustache mais se rasaient la barbe. Et j'ai fini dans une maison de travail pour enfants. "The Darling House for Destitute Girls" - le comble de l'ironie ! A part son nom, cette maison n'avait rien de celle de ma marraine. J'étais l'une des filles les plus âgées et, le soir dans le dortoir, je racontais aux autres les aventures de Peter et Piper Pan, et je leur chantais la berceuse de mon père, Neverland. Le jour, j'étais Jane, une petite ouvrière comme tant d'autre qui cousait du matin au soir... Mais la nuit, j'étais toujours Piper Pan, et ces petites orphelines étaient mes Filles Perdues. Je les emmenais à Neverland soir après soir, non pas à coups de poussières de fées, mais à coup de rêves, comme mon père le faisait pour moi lorsque j'étais enfant.

Les années ont passé, et j'ai grandi. Je savais qu'à quatorze ans, il me faudrait quitter l'orphelinat, et j'avais entendu des histoires horribles sur les filles qui étaient envoyées à Whitechapel. Mais jamais Piper Pan ne serait captive de grossiers marins d'eau douce ! Alors, j'ai monté un plan : en douce, une nuit, j'ai cassé l'une des machines pendant que les filles dormaient... Et le matin, je me suis portée volontaire pour la réparer. C'était gros, mais c'est passé... Et on m'a envoyée travailler au Saville Theater, comme costumière et machiniste. Ce n'était pas Neverland, mais c'était un endroit où je pouvais inventer à ma guise, et où les décors et les costumes que je fabriquais, les effets spéciaux que je montais, faisaient rêver chaque soir une nouvelle audience. C'était une vie qui, comme mon père autrefois, me permettait de garder l'âme d'une enfant.

Trois ans plus tard, j'avais fait du grenier qui me servait de chambre et d'atelier un véritable chez-moi, un refuge, un nid douillet rempli de petits projets. Quand la guerre a éclaté, les théâtres ont été fermés... Nous n'avions nulle part ailleurs où aller, alors on a continué à répéter et à préparer, en espérant qu'une relapse surviendrait... Et heureusement, elle n'a pas tardé. C'est que les soldats américains avaient très envie d'aller au spectacle lors de leurs permissions !

Les choses devenaient plus dures pour tout le monde, nous y compris. Cartes de rationnement ou marché noir, il fallait ruser pour manger à sa faim. Mais le théâtre donnait aux gens du rêve, de la joie et des pensées heureuses, et j'étais fière de participer à cela à ma manière, depuis les coulisses ou, plus rarement, depuis la scène, comme le jour où je jouais le rôle secondaire d'Artémis dans un drame antique.

Quand le Blitz a commencé en septembre 1940, il n'y avait aucun enfant à qui raconter qu'il s'agissait des canons d'un vaisseau pirate. Il est beaucoup plus difficile de se mentir à soi-même lorsqu'on a personne a qui raconter d'histoires. Je n'étais entourée que d'adultes, et la guerre n'avait rien d'un jeu... Alors enfin, je me suis résolue à grandir.

L'année suivante, peu après mes 19 ans, une nuit, j'ai cru voir passer devant ma fenêtre un éclat lumineux ressemblant à s'y méprendre à... Clochette ?
Non, c'était ridicule. J'avais beaucoup trop d'imagination dans mon enfance, voilà tout. Les fées, ça...

J'étais incapable de formuler cette pensée jusqu'à son terme, mais ça ne m'a pas empêchée de me retourner et de poser mon coussin sur ma tête. J'avais du travail le lendemain, et j'avais besoin de dormir.

Quelques heures plus tard, je me suis réveillée en sursaut, avec une sensation étrange, pressante. J'ai découvert une lettre sur mon bureau, et je l'ai déchiffrée à la lumière de la lune.

"Piper,

J'espère que cette lettre te parviendra à temps.

Neverland a beaucoup changé depuis ton départ. La situation est grave, et nous avons besoin de ton aide.

Trouve un moyen de rentrer, et surtout, méfie-toi des fées. Seule Clochette est digne de confiance.


- Chef Tiger Lily
"

Une plume blanche à pointe rouge était roulée dans la lettre. Je la contemplais encore avec perplexité lorsque la sirène a rententi.

Quelques instant plus tard, je me tenais devant la façade fumante du Saville. Le grenier qui m'avait servi de maison durant les cinq dernières années avait disparu, et d'une certaine manière, la vie que j'avais construite ici également. Je me suis éloignée dans un état second, les oreilles bourdonnantes, mais heureusement indemne.

J'ai trouvé une chambre chez une logeuse pour la nuit, et quand je suis entrée après l'avoir payée, j'ai eu la surprise de découvrir la cheminée allumée. Et dans cette cheminée, il y avait un chaudron d'aspect familier.

Neverland était bien réel, les Enfants Perdus avaient besoin de moi, et j'avais visiblement retrouvé ce qui m'avait conduite jusqu'ici sept ans plus tôt... Je me suis avancée, j'ai pris une gorgée de liquide. Ma vision s'est troublée, et quand j'ai ouvert les yeux...

Je ne savais pas où j'étais, mais en tout cas, ce n'était pas Neverland.



Précisions : J'ai été inspirée par la chanson Neverland de Zendaya, et j'ai approfondi plusieurs sources de Peter Pan tout en restant très large dans l'interprétation ; le personnage de Piper est inventée. Pour sa nature de fae, j'ai fait un petit saut de logique : de nombreuses versions décrivent Peter comme un "enfant-fée" ou un "enfant-fae". J'ai décidé que ce serait le cas pour le père de Piper. Il n'est évidemment pas comme Clochette, mais de toute évidence, il a du sang fae dans les veines. Or, Peter Pan est vêtu de vert, et les fées vêtues de vert sont les "tinker fairies", les fées bricoleuses. De là est venue l'idée de donner à Peter, et à Piper, le don des fées bricoleuses.

Pouvoirs de Piper :
- Vol (nécessite de la poussière de fée et des pensées heureuses, ou plus tard, d'apprendre à déployer ses ailes).
- Talent de tinker fairy.
- Semi-Immortalité et jeunesse éternelle : Piper ne peut pas mourir de vieillesse ; elle ne deviendra jamais une vieille femme. Cependant, il n'y a qu'à Neverland qu'elle ne grandit pas. Ailleurs, elle vieillit toujours normalement, mais ralentira progressivement au fil des décennies.
- Imitation de voix et sons : Piper peut reproduire la voix de toute personne qu'elle a déjà entendue.
- Se dissocier de son ombre


De l'autre côté de l'écran ~

Pseudo : Blue / Hummingbird
Prénom : Au prochain perso, je vous le dis What a Face
Âge : Bientôt 27 !
D'où tu viens ?
Comment t'es arrivé sur le forum ? Je suis faible !  :30: Je comptais attendre  après ma rentrée pour lancer mon prochain perso... Et puis une chanson qui m'inspire (Neverland, Zendaya) et paf, c'est reparti ! Rolling Eyes  :tap:  :1855:
Tes séries préférées ?
Tes films préférés ?
Tes livres préférés ?
T'as autre chose à nous dire ?

Les badges de Invité

Revenir en haut Aller en bas

Matty McKibben

Matty McKibben
Petit chaudron de niveau 8
Infos
Age : 33
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Ven 23 Sep 2022 - 8:47
Re-bienvenue I love you !


Matty McKibben
Matty McKibben, le fils adopté, l'athlète, le garçon populaire, l'étudiant à Berkeley... Mais surtout juste un garçon comme un autre!


La suite du Secret santa:

Les badges de Matty McKibben
cinq ans sur le forum
Membre validé
Ton compte a été validé. Félicitations, voilà ton premier badge !
A passé le nouvel an 2024 sur le forum
Tu étais validé avant le 31 décembre 2023 !
Intrigue 8 - La Terre Principale
Tu étais présent au moment où nous avons fusionné les mondes !
Halloween 2023
tu as participé aux animations d'Halloween '23
Défi RP n°1
Défi RP n°2
Défi RP n°3
Défi RP n°4
Tu as lancé 10 sujets !
Tu as participé à 800 sujets différents
1300 messages postés

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Ven 23 Sep 2022 - 9:48
Oh oui mais quelle bonne idée :13:
Bon retour parmi nous avec ta demoiselle :25:
J'ai hâte de la voir évoluer sur le forum :40:
Si tu as la moindre question tu sais où demander I love you

Les badges de Invité

Revenir en haut Aller en bas

Lexa

Lexa
Talking Teacup
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Ven 23 Sep 2022 - 11:10
reeeeeeeeeeee !


Lexa◆ Natblida. Commander. Heda.
Victory stands on the back of sacrifice.

Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning. Q0j1

Les badges de Lexa
sept ans sur le forum
Intrigue 07 - L'éclipse de Sanctum
tu as participé à l'intrigue sept !
Intrigue 8 - La Terre Principale
Tu étais présent au moment où nous avons fusionné les mondes !
Intrigue Westview : Zorro
Défi RP'24 - Vainqueur
Défi RP n°5 - 500 RPs Atteints
Défi RP n°5 - 250 RP atteints
Tu as aidé à réussir le challenge de 250 RP postés en Mai 2023
Défi RP n°5 - Participant
Défi RP n°4
Défi RP n°3
Défi RP n°2
Défi RP n°1
tu as participé à 1500 sujets !
Tu as lancé 300 sujets !
Quatre mille messages postés !
Paques 2024 - Participant
Tu as participé à l'event de paques 2024 sur le forum
Défi Flood '17
Défi flood '18
Défi flood '19
Défi Flood '20
A passé le nouvel an 2024 sur le forum
Tu étais validé avant le 31 décembre 2023 !
Membre validé
Ton compte a été validé. Félicitations, voilà ton premier badge !

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Ven 23 Sep 2022 - 11:30
@Matty McKibben Merci ! I love you

@Carol Danvers Yes je sais ! :gna:
Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning. Hsmtmts-camp-shallow-lake
Merci !   :9d:

@Lexa reeeeeeee !  :ballon:

Les badges de Invité

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Ven 23 Sep 2022 - 15:51
re-Bienvenue

Les badges de Invité

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Ven 23 Sep 2022 - 16:38
Rebienvenue à toi avec ce perso qui promet!

Les badges de Invité

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Ven 23 Sep 2022 - 16:40

Les badges de Invité

Revenir en haut Aller en bas

Lena Luthor

Lena Luthor
Petit chaudron de niveau 6
Infos
Age : 30
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Sam 24 Sep 2022 - 10:15
Rebienvenue Very Happy



Take my heart, it's all yours


I promise that I'll be by your side throught good and bad times. I'll be there for you no matter what. I promise to love you in good times and bad, with all I have to give, completely and forever.

KoalaVolant

Les badges de Lena Luthor
Quatre ans sur le forum
Membre validé
Ton compte a été validé. Félicitations, voilà ton premier badge !
A passé le nouvel an 2024 sur le forum
Tu étais validé avant le 31 décembre 2023 !
Calendrier de l'Avent 2023
Tu as participé au calendrier de l'avent 2023
Intrigue 8 - La Terre Principale
Tu étais présent au moment où nous avons fusionné les mondes !
Défi RP n°2
Défi RP n°3
Défi RP n°4
Tu as lancé 10 sujets !
Tu as participé à 300 sujets différents
800 messages postés
Défi RP n°5 - 500 RPs Atteints
Défi RP n°5 - Participant

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Dim 25 Sep 2022 - 14:55
Piper Pan a écrit:
Piper Pan



Bonjour à toi, je m'appelle Jane Piper Everling, mais tu peux aussi m'appeler Piper Pan. J'ai 19 ans. Dans la vie je suis bisexuelle mais peu intéressée par les relations amoureuses et actuellement célibataire. On me dit souvent que je ressemble à Saylor Bell, et surtout je suis la fille de Peter Pan.


Tous les parents chantent des berceuses à leurs enfants pour les aider à s'endormir, pas vrai ? Mon père me chantait toujours la même. Une chanson qui parlait d'une étoile où l'on pourrait trouver refuge, rentrer "chez nous". Un pays imaginaire merveilleux, où l'on restait jeune pour l'éternité, et où tous nos rêves se réaliseraient. Un lieu nommé Neverland.

Il avait des tas d'histoires, sur le Capitaine Crochet et le Crocodile, sur les pirates et les Indiens, sur les Garçons Perdus, les fées et les sirènes de la Lagune. Et il me racontait les aventures de l'ennemi juré de Crochet, le garçon fae qui dirigeait les Enfants Perdus : Peter Pan. Quand je lui faisais remarquer qu'ils avaient le même prénom, il m'adressait un sourire mystérieux et me disait qu'il se faisait tard, et qu'il était temps d'aller dormir. Il m'embrassait sur la tempe, entonnait sa berceuse, et je m'endormais au son de sa voix.

Au réveil, je lui racontais les songes qui m'avaient menée vers la deuxième étoile, et tout droit jusqu'au matin : des aventures imaginaires où, à mon tour, j'affrontais des pirates, je faisais des batailles d'eau avec les sirènes et des pow-wows avec les indiens, et surtout les quatre cent coups avec les Garçons Perdus. A chaque fois, il m'adressait ce sourire mystérieux dont il avait le secret, et il m'écoutait pendant tout le petit déjeuner, en me posant plein de questions.

Mon père, si prompt à me raconter les histoires de Neverland, se montrait mutique quand à sa vie avant ma naissance, et même sur l'identité de ma mère. Je ne savais que trois choses à son sujet : on l'appelait Peter Everling, il était plus jeune que les parents des autres enfants de mon âge... et il avait de l'imagination à revendre !

Il était réparateur, ingénieur, inventeur. Il avait un contrat pour entretenir la grande horloge de Big Ben, et c'était là que nous logions, dans une petite chambre au sommet de la tour. Parfois, il acceptait d'autres contrats, pour fabriquer et réparer des choses. Mais la plupart du temps, il était dans son atelier, et il façonnait le merveilleux à partir de l'ordinaire. Il acceptais volontiers mon aide, et j'adorais l'aider, absorbant comme une éponge toutes les connaissances qu'il me transmettait.

Beaucoup d'adultes auraient dit que nous n'avions pas grand chose... Mais les adultes ne savent rien, c'était bien connu. Là-haut, dans cette tour qui, à mes yeux d'enfants, nous appartenait, nous possédions des trésors plus précieux que ceux des coffres de la Reine Victoria elle-même : l'amour, la confiance, et... non, pas de poussière de fées, ç'aurait été trop beau. Mais nous avions une vue imprenable sur l'éclat des étoiles, et c'était pas si mal.

Parfois, son travail était fatiguant ou stressant, et parfois même, quand je lui demandais une histoire, il soupirait et me disait "pas ce soir, ma chérie"... Mais si je commençais à fredonner sa chanson, il se joignait toujours à moi, avec le sourire.

Parfois, mon père devait partir quelques jours, pour travailler un peu plus loin, par exemple sur des zones où ils construisaient de nouvelles voies ferrées et avaient besoin d'un ingénieur. Alors, il me confiait à ma marraine, une femme très gentille du nom de Wendy Darling. Elle aussi avait beaucoup d'histoires sur Peter Pan à nous raconter, à moi et à son adorable petit garçon, Danny.

Et puis un jour, comme de nombreuses fois auparavant, il m'a déposée chez les Darling - enfin, les Stuart, le nom du mari de Wendy. Quelques jours, m'a-t-il promis, quelques semaines, tout au plus, et je reviens te chercher. J'avais sept ans, l'âge de raison selon Oncle Michael, mais je n'avais aucune raison de penser que ce départ avait quoi que ce soit de différent des autres. Alors, je l'ai attendu. Les jours se sont changés en semaine, puis en mois, et il n'était toujours pas rentré. Tante Wendy a mené son enquête, bien entendu... Mais apparemment, il ne s'était jamais présenté à la ligne de chemins de fers, et personne n'avait la moindre idée de l'endroit où il se trouvait. Nous ignorions l'existence du chaudron, qui peut amener les gens à se perdre très loin de leur monde natal.

Tous les soirs, quand Danny s'était endormi, je m'installais sur la banquette de la nursery et je guettais par la fenêtre, en espérant l'apercevoir - remontant la rue pour frapper à la porte, ou dans les airs, volant depuis la deuxième étoile pour venir me chercher. Et il n'était jamais là... Et quand j'avais douze ans, j'ai commencé à apercevoir une lueur étrange dans le ciel. Je l'ai guettée nuit après nuit, et elle a fini par s'approcher suffisamment prêt pour que je réalise qu'il s'agissait d'une fée. Blonde, les cheveux relevés en chignon, vêtue de vert... Clochette ? Quand je l'ai interpellée, elle s'est enfuie par la fenêtre. Mais quand elle est revenue la nuit précédente, une suprise l'attendait : un miroir à main posé sur le lit. Tandis qu'elle contemplait son reflet, j'ai fermé la fenêtre et je me suis assise sur la banquette.

Et enfin, nous avons pu parler. Elle cherchait Peter Pan, pour qu'il revienne diriger les Enfants Perdus qui menaient la pagaille et créaient des histoires avec les Indiens. Elle pensait le trouver ici, chez les Darling, la dernière maison de Londres qu'elle avait visitée avec lui... Mais il n'était pas là, et moi, si. Elle m'a confirmé ce que j'avais toujours soupçonné : que j'étais la fille de Peter Pan - elle a été horrifiée en découvrant qu'il était devenu... adulte. Et donc, c'est moi qui suis rentrée avec elle à Neverland.

Les Garçons Perdus ont d'abord cru que j'étais venue pour être leur maman... Quelle idée ridicule ! J'étais... Piper Pan (ça marchait quand même autrement mieux que "Jane Pan", et j'étais là pour les mener à l'aventure et prendre les pirates à l'abordage ! Au final, ils s'ennuyaient et avaient juste besoin d'un peu d'action... et ça, je leur en ai donné ! Je ne sais pas combien de temps j'ai vécu à Neverland. Une semaine ou un siècle ? Là-bas, ça ne faisait aucune différence.

En tout cas, un jour, comme bien souvent, nous avons pris le Jolly Rodger à l'abordage. Son équipage avait bien changé depuis l'époque de mon père, et si Monsieur Mouche était toujours fidèle à son poste de second, le capitaine était bien plus jeune que Crochet. Pas aussi jeune que moi, cela dit. Nous les avons vaincus, et j'ai exigé son or et une bouteille de son meilleur rhum en tribut. Il a disparu dans sa cabine, et il est revenu avec une bouteille amplie d'un liquide brunâtre.

J'ai descendu une belle gorgée du liquide pour impressionner mon équipage. Je m'attendais à devoir combattre la brûlure de l'alcool, mais étonnamment, la sensation n'avait rien de chaud. A vrai dire, le breuvage avec quelque chose de froid, plus encore dans son goût que dans sa température. Froid, brumeux, lugubre. Je n'ai pu distinguer que le sourire en coin du Capitaine, et derrière l'entrebaillement de la porte de la cabine, l'éclat d'une cheminée et la courbe sombre d'un... chaudron ? Puis ma vision s'est troublé. Ce salaud m'avait empoisonnée ! On jouait, et lui, il essayait de me tuer pour de vrai !  à peine eu le temps de formuler cette pensée que tout est devenu noir.

Quelques instants plus tard, ma vision redevenait nette, et j'entendais la bouteille se briser à mes pieds, sur le pavé de Londres. Le crachin qui tombait sur mon visage avait le même goût que le liquide que j'avais avalé. Donc, le capitaine avait essayé de m'empoisonner, mais au lieu de cela, il m'avait... renvoyée à Londres ? Ca n'avait aucun sens, mais j'aurais pu parier que le breuvage, la - la potion de son drôle de chaudron... en était responsable.

J'étais de retour à Londres, mais ce n'était pas le Londres que j'avais connu. Soit près d'un siècle avait passé depuis mon départ, soit je n'étais véritablement pas dans le même monde. Au final, il s'agissait un peu des deux : on était en 1934... Et je ne trouvais aucune trace de Wendy et de sa famille, ni même de la maison Darling. C'était comme s'ils n'avaient jamais existé.

J'avais toujours douze ans, même si j'ignorais depuis combien de temps. J'étais assez douée pour chaparder, et j'ai vécu quelques temps toute seule... Mais sans poussière de fées, sans ma bande d'Enfants Perdus et dans cette ville dont les rues ne m'étaient de loin pas aussi familières que la forêt de Never Woods, je ne pouvais pas échapper éternellement à ces "bobbies" qui, contrairement aux pirates, portaient la moustache mais se rasaient la barbe. Et j'ai fini dans une maison de travail pour enfants. "The Darling House for Destitute Girls" - le comble de l'ironie ! A part son nom, cette maison n'avait rien de celle de ma marraine. J'étais l'une des filles les plus âgées et, le soir dans le dortoir, je racontais aux autres les aventures de Peter et Piper Pan, et je leur chantais la berceuse de mon père, Neverland. Le jour, j'étais Jane, une petite ouvrière comme tant d'autre qui cousait du matin au soir... Mais la nuit, j'étais toujours Piper Pan, et ces petites orphelines étaient mes Filles Perdues. Je les emmenais à Neverland soir après soir, non pas à coups de poussières de fées, mais à coup de rêves, comme mon père le faisait pour moi lorsque j'étais enfant.

Les années ont passé, et j'ai grandi. Je savais qu'à quatorze ans, il me faudrait quitter l'orphelinat, et j'avais entendu des histoires horribles sur les filles qui étaient envoyées à Whitechapel. Mais jamais Piper Pan ne serait captive de grossiers marins d'eau douce ! Alors, j'ai monté un plan : en douce, une nuit, j'ai cassé l'une des machines pendant que les filles dormaient... Et le matin, je me suis portée volontaire pour la réparer. C'était gros, mais c'est passé... Et on m'a envoyée travailler au théâtre de Saville, comme costumière et machiniste. Ce n'était pas Neverland, mais c'était un endroit où je pouvais inventer à ma guise, et où les décors et les costumes que je fabriquais, les effets spéciaux que je montais, faisaient rêver chaque soir une nouvelle audience. C'était une vie qui, comme mon père autrefois, me permettait de garder l'âme d'une enfant.

Trois ans plus tard, j'avais fait du grenier qui me servait de chambre et d'atelier un véritable chez-moi, un refuge, un nid douillet rempli de petits projets. Quand la guerre a éclaté, les théâtres ont été fermés... Nous n'avions nulle part ailleurs où aller, alors on a continué à répéter et à préparer, en espérant qu'une relapse surviendrait... Et heureusement, elle n'a pas tardé. C'est que les soldats américains avaient très envie d'aller au spectacle lors de leurs permissions !

Les choses devenaient plus dures pour tout le monde, nous y compris. Cartes de rationnement ou marché noir, il fallait ruser pour manger à sa faim. Mais le théâtre donnait aux gens du rêve, de la joie et des pensées heureuses, et j'étais fière de participer à cela à ma manière, depuis les coulisses ou, plus rarement, depuis la scène, comme le jour où je jouais le rôle secondaire d'Artémis dans un drame antique.

Quand le Blitz a commencé en septembre 1940, il n'y avait aucun enfant à qui raconter qu'il s'agissait des canons d'un vaisseau pirate. Il est beaucoup plus difficile de se mentir à soi-même lorsqu'on a personne a qui raconter d'histoires. Je n'étais entourée que d'adultes, et la guerre n'avait rien d'un jeu... Alors enfin, je me suis résolue à grandir.

L'année suivante, peu après mes 19 ans, une nuit, j'ai cru voir passer devant ma fenêtre un éclat lumineux ressemblant à s'y méprendre à... Clochette ?
Non, c'était ridicule. J'avais beaucoup trop d'imagination dans mon enfance, voilà tout. Les fées, ça...

J'étais incapable de formuler cette pensée jusqu'à son terme, mais ça ne m'a pas empêchée de me retourner et de poser mon coussin sur ma tête. J'avais du travail le lendemain, et j'avais besoin de dormir.

Quelques heures plus tard, je me suis réveillée en sursaut, avec une sensation étrange, pressante. J'ai découvert une lettre sur mon bureau, et je l'ai déchiffrée à la lumière de la lune.

"Piper,

J'espère que cette lettre te parviendra à temps.

Neverland a beaucoup changé depuis ton départ. La situation est grave, et nous avons besoin de ton aide.

Trouve un moyen de rentrer, et surtout, méfie-toi des fées. Seule Clochette est digne de confiance.


- Chef Tiger Lily
"

Une plume blanche à pointe rouge était roulée dans la lettre. Je la contemplais encore avec perplexité lorsque la sirène a rententi.

Quelques instant plus tard, je me tenais devant la façade fumante du Saville. Le grenier qui m'avait servi de maison durant les cinq dernières années avait disparu, et d'une certaine manière, la vie que j'avais construite ici également. Je me suis éloignée dans un état second, les oreilles bourdonnantes, mais heureusement indemne.

J'ai trouvé une chambre chez une logeuse pour la nuit, et quand je suis entrée après l'avoir payée, j'ai eu la surprise de découvrir la cheminée allumée. Et dans cette cheminée, il y avait un chaudron d'aspect familier.

Neverland était bien réel, les Enfants Perdus avaient besoin de moi, et j'avais visiblement retrouvé ce qui m'avait conduite jusqu'ici sept ans plus tôt... Je me suis avancée, j'ai pris une gorgée de liquide. Ma vision s'est troublée, et quand j'ai ouvert les yeux...

Je ne savais pas où j'étais, mais en tout cas, ce n'était pas Neverland.



Précisions : J'ai été inspirée par la chanson Neverland de Zendaya, et j'ai approfondi plusieurs sources de Peter Pan tout en restant très large dans l'interprétation ; le personnage de Piper est inventée. Pour sa nature de fae, j'ai fait un petit saut de logique : de nombreuses versions décrivent Peter comme un "enfant-fée" ou un "enfant-fae". J'ai décidé que ce serait le cas pour le père de Piper. Il n'est évidemment pas comme Clochette, mais de toute évidence, il a du sang fae dans les veines. Or, Peter Pan est vêtu de vert, et les fées vêtues de vert sont les "tinker fairies", les fées bricoleuses. De là est venue l'idée de donner à Peter, et à Piper, le don des fées bricoleuses.

Pouvoirs de Piper :
- Vol (nécessite de la poussière de fée et des pensées heureuses, ou plus tard, d'apprendre à déployer ses ailes).
- Talent de tinker fairy.
- Semi-Immortalité et jeunesse éternelle : Piper ne peut pas mourir de vieillesse ; elle ne deviendra jamais une vieille femme. Cependant, il n'y a qu'à Neverland qu'elle ne grandit pas. Ailleurs, elle vieillit toujours normalement, mais ralentira progressivement au fil des décennies.
- Imitation de voix et sons : Piper peut reproduire la voix de toute personne qu'elle a déjà entendue.
- Se dissocier de son ombre


De l'autre côté de l'écran ~

Pseudo : Blue / Hummingbird
Prénom : Au prochain perso, je vous le dis What a Face
Âge : Bientôt 27 !
D'où tu viens ?
Comment t'es arrivé sur le forum ? Je suis faible !  :30: Je comptais attendre  après ma rentrée pour lancer mon prochain perso... Et puis une chanson qui m'inspire (Neverland, Zendaya) et paf, c'est reparti ! Rolling Eyes  :tap:  :1855:
Tes séries préférées ?
Tes films préférés ?
Tes livres préférés ?
T'as autre chose à nous dire ?

Les badges de Invité

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Dim 25 Sep 2022 - 16:08
J'adore ton interprétation de Pipper ! :02:
Je t'ai mise ta couleur ! I love you

Les badges de Invité

Revenir en haut Aller en bas

Nymeria Martell

Nymeria Martell
Petit chaudron de niveau 6
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Mer 28 Sep 2022 - 9:54
Bienvenue. Il va falloir que je réserve un rp pour Gideon. Après tout...c'est un peu sa tata quand on y pense. ^^


NYMERIA MARTELL
PRINCESS OF DORNE & NY SAR
"That is Nymeria's star, burning bright,
and that milky band behind her,
those are ten thousand ships.
She burned as bright as any man.


Les badges de Nymeria Martell
cinq ans sur le forum
Membre validé
Ton compte a été validé. Félicitations, voilà ton premier badge !
A passé le nouvel an 2024 sur le forum
Tu étais validé avant le 31 décembre 2023 !
Intrigue 6 : Westview
Tu as participé à l'intrigue Westview !
Intrigue 8 - La Terre Principale
Tu étais présent au moment où nous avons fusionné les mondes !
Défi flood '19
Défi RP n°2
Tu as lancé 10 sujets !
Tu as participé à 400 sujets différents
700 messages postés !
Défi RP n°5 - 500 RPs Atteints
Défi RP n°5 - Participant

Revenir en haut Aller en bas

The Cauldron

The Cauldron
PNJ
Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.
Jeu 29 Sep 2022 - 14:06
Tu es validé !



Toutes mes félicitations. Ta fiche a été validée par le staff.

Maintenant que c'est fait, il te reste quelques petits trucs à faire avant d'aller jouer :
  • www. si tu as pris un scénario, signale le pris au staff.
  • www tu peux ensuite aller faire ta fiche de RP et passer sur celles des autres. Si tu veux t'intégrer, il ne faut pas attendre qu'on vienne te voir sur ta fiche, mais bien aller voir tout le monde, ça marche dans les deux sens, hein ? Ce n'est pas qu'aux autres à venir vers toi. Attention : ce n'est pas une fiche de lien. Les fiches de liens n'existent pas sur le forum. La potion est là pour vous permettre de vous trouver n'importe où et n'importe quand et faire des rencontres abracadabrantes : utilisez la !
  • www. ou aller faire un tour du côté des sujets libres pour trouver un camarade avec qui jouer immédiatement.
  • www. pour te lancer dans le jeu directement, tu peux demander une quête au Lutin farceur. Il s'agit d'un RP dont le contexte est décidé par le staff, où n'importe quel autre joueur peut se joindre à toi, sans forcément que vous ayez un lien spécifique.
  • Pour terminer, si tu es un adepte des discussions RPgiques en folie, on a fait un discord, qui nous sert plus ou moins de chatbox / gros délire. N'hésite pas à nous rejoindre, y'a toujours quelqu'un de connecté dessus Wink


Voilà, tout est dit. Bon jeu et n'oublie pas de passer dans le flood nous faire un coucou, c'est grandement encouragé Very Happy


The Cauldron est un PNJ. Merci de ne pas lui envoyer de MP. Utilisez les boîtes à MP des membres du staff.

Les badges de The Cauldron
Membre validé
Ton compte a été validé. Félicitations, voilà ton premier badge !
PNJ
Tu as lancé 300 sujets !
1700 messages postés !
Intrigue 1 : Hunger Games
Tu as participé à la première intrigue du forum !
Intrigue 02 - Secret Story
Tu as participé à la seconde intrigue !
Intrigue 03 - L'attaque du Joker
Tu as participé à l'intrigue sur le Joker
Intrigue 04 - Percy Jackson
Tu as participé à la quatrième intrigue : Percy Jackson !
Intrigue 05 - La nuit au musée
Tu as participé à la nuit au musée !
Intrigue 6 : Westview
Tu as participé à l'intrigue Westview !
Intrigue 07 - L'éclipse de Sanctum
tu as participé à l'intrigue sept !
Intrigue 8 - La Terre Principale
Tu étais présent au moment où nous avons fusionné les mondes !
Intrigue 9 - Les loups garous de Thiercelieux
Tu as été un heureux participant des magouilles de Kirodiel
Intrigue Westview : Zorro
Tu as participé à 2100 sujets
sept ans sur le forum

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Infos
Joueur
More


Re: Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.

Les badges de Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Piper Pan - Second star to the right and straight on ‘til morning.

Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Balthazar "This morning I had a menage à.. what's french for twelve ?"
» Piper Halliwell ▲ finish.
» Piper Halliwell + I'm back
» Piper déboule dans la pièce Xd
» Piper Halliwell ~ le pouvoirs des trois nous libera

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Cauldron :: Admission :: Présentations :: Refusés-